Mobiliser pour des actions collectives bienveillantes et puissantes

Formuler 10 propositions pour rendre meilleur les Réseaux Sociaux : c’est ce que le FlashTweet a demandé à 10 personnalités du numérique, à l’occasion de ses 4 ans. Il faut dire que la donne a changé depuis la création de la Matinale digitale de Twitter : poids des algorithmes et des bots, manipulation de l’opinion lors des élections, montée en puissance des Haters et Trolls, #LigueDuLol ont propulsé les Réseaux Sociaux dans la tourmente !

10 propositions en 280 ou 2800 caractères

Familiers de Twitter, les 10 expert(e)s sollicité(e)s par le FlashTweet sont journalistes, auteurs, blogueurs et blogueuses, startuppeuses et expertes. Ils ont choisi entre 280 caractères et 2800 signes pour garder l’ADN du FlashTweet, le plus petit média au monde.

10 experts et expertes pour rendre meilleurs les Réseaux Sociaux

Jérôme Colombain, journaliste et auteur de « Faut-il quitter les Réseaux Sociaux ? » chez Dunod, Marjolaine Grondin, CEO de Jam, Nicolas Bordas, Vice Président de TBWA WorldWide, Aurélie Jean, CEO de In Silico Veritas, Nicolas Bouzou, économiste, Benoit Raphaël, éleveur de Robots, Véronique Reille Soult, CEO Dentsu Consulting, François Cazals, Professeur adjoint à HEC Paris, Fred Cavazza, co-fondateur de Sysk et Natacha Quester-Séméon, co-fondatrice de #JamaisSansElle, ont dit banco !

Manifeste pour un usage raisonné des Réseaux Sociaux

Un immense merci pour leurs propositions, en 280 comme en 2800 signes. Cela permettra d’alimenter la réflexion et d’ouvrir le débat sur un sujet au coeur de l’actualité en 2019. Un petit manifeste pour un usage raisonné des Réseaux Sociaux !

Choisir de mobiliser pour des actions collectives bienveillantes et puissantes plutôt que de nourrir le Troll en nous par Natacha Quester-Séméon.

Quand j’ai ouvert mon compte Twitter en 2007, c’était l’époque des blogs. La parole citoyenne commençait à exister. 

Twitter était encore un terrain vierge. En France, les utilisateurs étaient si peu nombreux que l’on se connaissait tous. Il y a eu tout de suite plusieurs tribus, comme peut-être à l’ère des premiers hommes décrit par Yuval Noah Harari dans Homo sapiens. 

A travers Les Humains Associés, Tatiana F-Salomon et moi avions proposé pour le web 2.0 une éthique pour les citoyens numérique (la nethique). Dès l’arrivée des réseaux sociaux même balbutiant, il apparaissait évident que nos repères allaient voler en éclat et les frontières hermétiques entre différentes sphères se confondre, comme celle entre la vie privée et la vie publique. 

Sur Twitter, certains ont choisi les moqueries, attaques et dénigrements

Les réseaux sociaux étaient de nouveaux territoires sans règles. Puis tout a basculé et est entré en actions, sur Twitter, (e Des bandes malveillantes composées de journalistes trolls, consultants ou développeurs pratiquaient des actions de cyberharcèlement et de dénigrements professionnels en meute afin de servir leur propre intérêt et d’en retirer des faveurs. D’ailleurs, la future #LigueDuLOL a démoli néthique. 

Ne nourrissons pas les trolls qui sont en nous ! 

Ces clowns tueurs n’étaient pas anonymes et ils existaient déjà bien avant Twitter, à l’époque des barons blogueurs quelques années plus tôt. Tout cela nous interroge donc sur la reproduction de comportements toxiques, y compris dans le milieu professionnel.

Il était tellement facile de développer une audience à coup de clash, à coup de buzz, en jouant avec la terreur, en montant les uns contre les autres, bref en cédant à la médiocrité pour gagner des followers et des clics. Pour cela, il suffit de jouer sur la frustration et la violence larvée, et les comportements moutonniers. Alors ne nourrissons pas les trolls qui sont en nous ! 

Il est possible à travers les réseaux de mobiliser pour des actions collectives bienveillantes et puissantes

Comme le dit Einstein : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire ».

Comment rendre les réseaux sociaux meilleurs ? Je crois à la force des actions positives, on peut agir plutôt que subir. Le mouvement #JamaisSansElles en est un exemple. Il est possible à travers les réseaux de mobiliser pour des actions collectives bienveillantes et puissantes.

Nous venons de créer un collectif d’avocats #JamaisSansElles pour aider les victimes de cyber-harcèlement en lançant un appel sur Twitter. 20 ont répondu positivement. 

Il est tellement plus épanouissant d’être un donneur, plus qu’un preneur et de partager. Partager pour valoriser les personnes qui nous paraissent intéressantes, notre veille, nos lectures ce qui nous fait rire, nous plaît (photos, tableaux, citations, musique) ou des offres d’emploi… 

Dans le monde immatériel, partager n’est plus diviser mais multiplier. L’intelligence du cœur ne sera jamais remplacée par l’artificielle.

Natacha Quester-Séméon pour l’Edition Spéciale du #FlashTweet4ans

Pour retrouver l’ensemble des Contributions au FlashTweet c’est par ici ▶

Vous aimez cet article ?

Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on linkedin
Partager sur Linkedin
Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on pinterest
Partager sur Pinterest

Laissez un commentaire

No Comments
Leave a Reply