Du #JamaisSansElles au #ToujoursAvecElles

Si les femmes constituent la moitié de l’humanité, pourquoi se priver d’une telle part pour trouver des solutions aux défis d’aujourd’hui et de demain? Notre cerveau a deux hémisphères, notre pensée et notre réflexion aussi doivent être duales et complémentaires.

Si le futur s’écrit à partit du présent et à la lumière du passé, nous avons oublié tout ce que la Tech doit aux femmes, d’Ada Lovelace aux sources du code à Margaret Hamilton qui a développé le logiciel pour Apollo XI et nous envoyer dans la Lune, en passant par Elizebeth Smith Friedman qui perça les mystères d’Enigma ou encore Hedy Lamarr et son principe de transmission. Aujourd’hui s’il y a 33% de femmes dans les entreprises Tech (vs 53% dans le monde du travail au global), 75% d’entre elles exercent des fonctions support (RH, marketing, communication…) contre 15% seulement dans des fonctions techniques (développement production…). Et seulement 9% des startups sont dirigées par des femmes.

Les stéréotypes persistent, dès le plus jeune âge : les femmes ne se sentiraient pas à l’aise avec la technique et s’orienteront vers du low tech (fashiontech, foodtech, edtech) alors que la maîtrise technologiques est essentielle, notamment pour les startups (analyse de la data, de la performance, code…). Pour dépasser cet état de fait, il faut mettre en avant des Rôles Modèles, il faut montrer. Montrer les femmes de la Tech : #FFWomenInTech, FeminaTechAwards, médiatisation, TEDx et autres conférences…Sensibiliser les filles/femmes par des ateliers : IT4Girls, à l’université, dans les grandes écoles, les entreprises… Développer les réseaux au féminin et mixtes pour casser le plafond de verre, #jamaissanselles, @digitalladies …

Au-delà, il faut rappeler que des femmes travaillent ou ont exercé dans les plus importantes sociétés tech du monde et au plus haut niveau : Sheryl Sandber, Chef des opérations chez Facebook, Marissa Mayer, PDG de Yahoo, Susan Wojciki, PDG de YouTube , Ginni Rometty, PDG d’IBM ou Meg Whitman, PDG de HP. Et pour flatter notre côté chauvin, Fidji Simo, la Sétoise Directrice de Facebook. Il apparaît aussi nécessaire d’accroître le nombre et la visibilité des femmes dans la Tech, dès le plus jeune âge, par exemple avec le travail réalisé au quotidien par Dipty Chander et son association E-mma, une association créée en 2013 qui promeut la mixité dans la tech, ou encore la dernière édition de la #GirlsTechDay à Marseille réunissant près de 200 jeunes filles de 10 à 16 ans, pour s’amuser et découvrir des métiers du futur.

Il faut, à l’école, démystifier la technologie et casser l’assignation à résidence de genre : les garçons aux jeux vidéos et les filles vers l’humain et le care …

En résumé, il faut passer du #jamais sans elles au #toujoursavecelles.

Mickael Guerin pour le #FlashTweet5ans
Rédacteur en Chef du Mag des Territoires Numériques 
Consultant Expérience Client en PACA pour le Réseau du Groupe La Poste
Membre des collectifs #i4Emploi et #612Rencontres sur Twitter, Allié des #Digitalladies, je lance le Mag des Territoires Numériques pour accompagner la révolution numérique des Collectivités territoriales.

Vous aimez cet article ?

Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on linkedin
Partager sur Linkedin
Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on pinterest
Partager sur Pinterest

Laissez un commentaire

No Comments
Leave a Reply