Se déconnecter pour mieux se connecter

Depuis 2016 et la publication de la loi Travail introduisant le “droit à la déconnexion”, la situation n’a guère évolué et les salariés ont toujours du mal à se déconnecter, y compris en vacances. Spécialiste de la sécurisation des emails, Mailinblack voit converger chaque année plus de 5 milliards d’emails par ses serveurs. Aux avant-postes sur le sujet de la sur-connexion et du technostress en France, l’entreprise dirigée par Thomas Kerjean veut agir en faveur du droit à la déconnexion. C’est la raison du Manifeste lancé par le CEO de Mailinblack. Une dizaine d‘experts du numérique y ont contribué, dont François Cazal (professeur à HEC), Betsy Parayil, auteur de “Méditer, c’est se rebeller” chez Marabout, Laurence Devillers (Chercheuse au CNRS-LIMSI), Mickael Guerin (Consultant Expérience Clients à la Poste), Thierry Keller (Directeur éditorial d’Usbek et Rica), Eric Gervet (Partner chez KEARNEY Partner) ou encore Frédéric Cavazza (co-fondateur de Sysk).

Interrogé, le FlashTweet a axé sa contribution à ce Manifeste sur le Joy of Missing Out, #JOMO, parent proche du Fear of Missing Out #FOMO, au fondement de la création de la Matinale digitale de Twitter sur la Transformation Numérique en 2015 : un rendez-vous tous les jours à 7h30 avec les 10 informations à ne pas rater, qui s’est non seulement révélé créateur de liens #URL et #IRL, mais aussi formidable catalyseur de mouvements pour le bien commun !

Il est des paradoxes qui n’en sont finalement pas : en tant que fondatrice du FlashTweet, la matinale digitale de Twitter sur la Transformation Numérique suivie par plus de 56 000 followers à 7h30, je suis, par essence, hyper-connectée, en immersion quasi permanente sur le réseau social à la recherche d’informations, quand je couvre une actualité ou quand je suis en conversation avec ma communauté. Et j’ai souvent du mal à lâcher mon smartphone, passionnée par cette mission que remplit quotidiennement le FlashTweet : informer une communauté d’acteurs et de décideurs de la transformation numérique avec les 10 informations à ne pas rater car elles donnent du sens aux mutations qui bouleversent l’économie.

Et pourtant, je plaide, dans ce manifeste, pour un Droit à la Déconnexion ! Alors contradictoire ? Pas tant que ça, car le FlashTweet est né en 2015, pour répondre à la double problématique de l’infobésité et de la FOMO, -la célèbre Fear of missing Out-, qu’expérimentent tous les socionautes de l’univers, grâce à un rendez-vous à heure fixe.

Et ce qui était dès le début dans l’ADN de la matinale s’affirme chaque jour comme une nécessité, alors que la JOMO, -Joy of Missing Out ou plaisir de passer à côté-, se répand, notamment dans la jeune génération. A mi-chemin entre digital detox et social detox, c’est une réalité pour 8 millennials sur 10 en Grande Bretagne, selon une étude récente.

Ce phénomène s’explique en réaction au boom de l’infobésité, sous l’effet de la hausse exponentielle de la production de « contenus ». Et celle-ci n’a bien souvent pas d’autres vocations que des effets de visibilité dans une logique publicitaire. Pour mémoire, ce chiffre révélé par l’INA : 64% de ce qui était publié en ligne en 2017 était du copié-collé !

Parallèlement, 2019 a été l’année des Fake News, qui sont en pleine propagation après avoir, pour partie, pesé sur les résultats des élections américaines en 2016. Cette année, plus de 45,5 millions de tweets ont relayé ou commenté une fake news versus 35,4 millions en 2018.

Tout ceci, sans oublier la multiplication des notifications, émanant des plateformes sociales, des messageries privées type WhatsApp, ou encore des outils collaboratifs, qui s’ajoutent au flux de mails en entreprise. D’ailleurs, l’étude conduite par Cindy Felio, chercheuse et psychologue du travail, nous rappelle qu’un cadre est interrompu toutes les 6 minutes et 30% de son temps est consacré à gérer des mails. Un vrai risque psycho-social pour des salariés, tiraillés entre plusieurs injonctions parallèles !

Plus globalement, ces tendances sont renforcées par l’enfermement lié aux bulles algorithmiques mises en place par les plateformes sociales. On est loin de la promesse d’un internet ouvert et rassembleur ! En ajoutant une couche de logiciels pour répondre à leurs business modèles basés sur la publicité, les réseaux sociaux ont pris le contrôle de nos vies virtuelles. Dans le même temps, elles brident la liberté d’expression et commencent à étouffer les créateurs indépendants qui ont émergés sur ces plateformes. On le voit avec Instagram qui supprime le compteur de Like, afin de garder pour lui les chiffres d’engagement, et de fait les ressources publicitaires. Et ce n’est que le début !

Alors être acteur de sa vie sociale et se déconnecter pour mieux se connecter est, à mes yeux, le crédo de l’avenir. C’est aussi ce que pratiquent, depuis 2015, les fidèles du FlashTweet, média fédérateur et créateur de liens. Car se connecter utile pour ne pas perdre du temps tout en se mobilisant pour le bien commun est incontestablement un duo gagnant. Pour une #virality4good !


Pour télécharger le Manifeste du Droit à la Déconnexion sur le site mailinblack.com cliquez ici.


▶️ A lire également sur notre site le FlashTweetHebdo#25 : Télétravail et droit à la déconnexion, la nouvelle équation.

Vous aimez cet article ?

Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on linkedin
Partager sur Linkedin
Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on pinterest
Partager sur Pinterest

Laissez un commentaire

No Comments
Leave a Reply