La fièvre des stories arrive sur LinkedIn

Après Snapchat, Instagram, Messenger, Facebook, WhatsApp, YouTube, et avant Twitter, c’est au tour de LinkedIn de céder aux sirènes des stories. Un format court et éphémère qui permet de partager de manière rapide, et souvent ludique, des moments de vie professionnelle pendant 24h ! Annoncée dans le FlashTweet le 28 février, la fonctionnalité débarque en France, où elle vient tout juste d’être lancée.

Vous reprendrez bien une story pour la route ? C’est en tous les cas le pari de LinkedIn, qui plonge à son tour dans la Story mania. Né sur Snapchat, le format, fait un carton sur les autres plateformes plus mainstream. Et en particulier, Instagram avec ses 200 millions de personnes qui utilisent chaque jour les Instagram Stories…soit plus que les 158 millions d’utilisateurs actifs de Snapchat !

Depuis la fièvre des stories s’est emparée des réseaux sociaux. LinkedIn est donc le dernier en date à succomber à la montée de température, avant de les voir arriver sur Twitter en France, un jour prochain.

Car nouveauté de la semaine, il est désormais possible aux 20 millions de membres français de LinkedIn de s’adonner au sport, très en vogue sur Snapchat et sur Instagram, de la story. Et la France est le premier pays européen à bénéficier de ce déploiement, comme l’a indiqué Sandrine Chauvin, directrice de la rédaction de LinkedIn France.

Disponible pour les membres de LinkedIn et les pages Entreprises, ce nouveau format sera également utilisé par les 5 journalistes de LinkedIn. Ils produiront du contenu eux-même ou relaieront “des informations fiables sur le monde du travail et les entreprises, provenant de sources de confiance telles que 20 MinutesOuest FranceLe Monde ou encore Paris Match“. Un peu à l’instar de ce qu’avait Snapchat à l’époque, nouant des partenariat avec la presse française dans Discover !

LinkedIn joue la sécurité sur les fonctionnalités

Mais quid des fonctionnalités de ces stories que le FlashTweet s’est empressé de tester ? Rien de bien nouveau sous le soleil :

  • Les stories durent 24h.
  • Elles apparaissent en haut de votre fil d’actualité
  • Vous pouvez publier des photos sur lesquelles vous avez la possibilité d’ajouter des stickers
  • Vous pouvez enregistrer 20 secondes de vidéo
  • Il existe un sticker mention pour augmenter la viralité
  • Elles sont visibles par l‘ensemble de vos contacts ou par tous les utilisateurs de LinkedIn
  • Vous pouvez voir qui regarde vos stories, sauf si les utilisateurs de LinkedIn ont activé le mode incognito (un peu étrange quand on y réfléchit d’ailleurs)
  • Vous pouvez envoyer un message privé à vos spectateurs, mais uniquement aux membres de votre réseau (contrairement à Instagram), ce qui limite fortement la capacité à élargir votre réseau !
  • Les réponses à votre story arrivent directement sur votre messagerie LinkedIn
  • On ne peut pas enregistrer une story complète pour l’instant

LinkedIn a joué la sécurité avec une interface assez basique, sans fioritures : les stickers n’ont pas un design très élaboré et il y a juste un outil texte avec la possibilité de changer de couleur sans avoir un très grand choix. En revanche, le bloc avec “effet 3D” pour le texte est assez réussi.

Mais globalement on est très loin de la créativité de Snapchat ou du foisonnement d’Instagram ! Rien d’étonnant : on est dans un réseau professionnel, même si l’idée est de créer de la proximité avec son réseau et d’engager la conversation.

LinkedIn réussira-t-il à séduire les professionnels ?

Reste à savoir si les professionnels vont s’approprier ces stories, comme le soulignait le FlashTweet quand l’info est sortie, et surtout quel en seront les usages. En février, nous écrivions dans le FlashTweetHebdo, que le réseau social détenu par Microsoft veut intégrer un espace “machine à café” sur le réseauprofessionnel, à la tonalité souvent sérieuse. Mais est-ce que cela ne risque pas de dénaturer l’esprit de la plateforme ?

Cela reste plus que jamais d’actualité au regard des réactions mitigées de nombreux utilisateurs réticents depuis l’annonce de l’arrivée des stories, qui dénoncent dans la foulée une uniformisation des réseaux sociaux et une Facebookisation de LinkedIn.

Cependant, selon Stratégies, de nombreuses marques souhaitent déjà tester le format à l’instar de BNPP, Société Générale, Dassault Systèmes, Dior, Van Cleef & Arpels ou encore l’ESCP.

Quelles idées de contenu pour ce format ?

Le principal intérêt des stories est qu’il permet d’humaniser une relation très virtuelle, en permettant de nouer une relation de proximité. En outre, et c’est à noter, il ne nécessite pas des heures de préparation (comme on peut le voir avec le FashTweet !).

Parmi les pistes à explorer en terme de contenu

  • On peut partager des coulisses ou une citation inspirante
  • Un évènement heureux comme la signature d’un contrat ou une fête
  • Tester ses clients/prospects avec des questions ou des sondages
  • Montrer son bureau ou ce sur quoi on travaille
  • Faire la promotion d’évènements à venir ou d’une offre d’emploi
  • Interviewer un collaborateur sur son job !

Bref tout un panel de situation de la vie quotidienne professionnelle peuvent faire le job pour créer du lien. Et au final, développer des opportunités business ou d’emploi !

A quand les Fleets de Twitter ?

Prochaine étape : Twitter avec ses Fleets ! Pour l’instant lancés au Brésil, ils sont très différents des stories de Snapchat, Instagram ou LinkedIn. L’idée est de créer un tweet éphémère mêlant texte, photo, gif dans le but d’engager la conversation. Mais sans s’engager avec un Retweet qui reste sur sa Time Line !

Secret Story : des étudiants aux employeurs !

Un an et demi après avoir testé la formule auprès des étudiants américains, -Vous avez dit Facebookisation ?-LinkedIn a donc décidé de franchir le cap ! A l’époque, l’objectif était “d’aider des employeurs potentiels à mieux comprendre qui ils sont”, relevait alors l’article de Techcrunch.

Dans ce cadre, le réseau social les invitait à partager des “expériences” liées à leurs études, aux cours suivis ou aux projets menés en classe. Ou bien encore à donner des conseils pour s’insérer dans le monde professionnel.

Mais aujourd’hui LinkedIn a changé d’optique : il demande à leurs futurs employeurs de se vendre via les stories. Un beau retournement d’histoire !

Vous aimez cet article ?

Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on linkedin
Partager sur Linkedin
Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on pinterest
Partager sur Pinterest

Laissez un commentaire

No Comments
Leave a Reply