Le cloud accélérateur de croissance

Le FlashTweet a eu l’immense plaisir d’accueillir pendant la Matinale un invité surprise qui œuvre tous les jours à la numérisation de la France. Il s’appelle Julien Groues et il officie depuis 2018 à la tête d’AWS, Amazon Web Services, en France. Il s’est rendu au Foudre Center pour une FlashInterview pour décrypter l’étude que le leader du secteur dévoile sur l’impact du cloud sur l’économie française. Nous avons parlé du cloud accélérateur de croissance et d’innovation, des nouveaux cas d’usages, et de la manière dont il permet aux entreprises de se réinventer pour aller chercher des points de croissance dans un contexte complexe. Sans oublier, bien sûr, d’évoquer les ambitions françaises d’AWS !

Visuel annonce de la FlashInterview de Julien Groues AWS France sur Twitter-Backstage
Julien Groues, DG AWS France en interview au Foudre Center avec Emmanuelle Leneuf

Catalyseur d’innovation, le Cloud est devenu incontournable depuis la crise de la Covid19, marquée par l’explosion du télétravail et de la demande pour les outils collaboratifs à distance. Mais est-il vraiment un moteur de croissance pour les entreprises et quel est l’impact de l’informatique en nuage sur l’économie française ? C’est ce qu’a cherché à comprendre AWS France, Amazon Web Services, la filiale de stockage et de traitement de données en ligne, « cloud computing », du groupe de Jeff Bezos.

Dans ce cadre, AWS France a chargé le cabinet de conseil Public First, en collaboration avec l’économiste Christian Saint-Etienne, de lancer une étude quantitative sur l’utilisation et les avantages générés par les services du cloud dans toute la France. Réalisée auprès de plus de 1500 entreprises et 494 utilisateurs du cloud, cette enquête nationale représentative révèle une cartographie assez fine des usages en temps de Covid19 et des bénéfices économiques que les entreprises françaises en ont tiré.

Rappelons avant d’entrer dans le vif du sujet et les conclusions de l’étude qu‘Amazon s’est taillé la part du lion depuis son arrivé en 2006 sur le marché du cloud. Au troisième trimestre 2020, le groupe détenait 33% du secteur mondial du cloud computing, très loin devant Microsoft (18%) et les autres géants Google, Alibaba et Tencent (17% à eux trois) selon le cabinet Synergy Research. En France, le marché des services cloud est de l’ordre de 15 milliards d’euros et croît de plus de 20 % par an. Et pour la petite histoire, et vous ne le savez sans doute pas, mais AWS participe à l’affichage du fil d’actualité de Twitter ! C’était pour le clin d’oeil aux afficionados du réseau à l’oiseau bleu…

1,6 milliard € de croissance économique

Premier chiffre-clé à retenir de l’étude : AWS France a permis aux entreprises de créer plus de 1,6 milliard d’euros de croissance économique (valeur ajoutée brute) en France sur l’année 2020. Alors comment expliquer ce chiffre ? “On le sentait par les axes autour de l’innovation. Il y a plus de 40% des clients d’AWS qui disent s’être servi de ses services pour pouvoir créer des produits qu’ils n’auraient pas pu créer autrement” détaille Julien Groues, le DG d’AWS France, dans la FlashInterview, à lire en intégralité ci-dessous.

L’autre axe de la création de cette valeur, ce sont les économies. Engie, Veolia ou CMA CGM communiquent sur le fait que grâce aux migrations vers le cloud, elles ont réalisé entre 30 et 50% d’économie, dans ce cas-là, sur leurs ERP mais aussi tous les autres sujets pour bénéficier de l’agilité et de la flexibilité du cloud et de ne payer que ce pour qu’elles consomment” poursuit celui qui officie à la tête d’AWS France depuis 2018, soit un an après sa création.

En d’autres termes, c’est à la fois le fait que le cloud soit un accélérateur d’innovation et un vecteur de réduction de coût qui en font un moteur de croissance pour les entreprises.

L’irrésistible flexibilité du cloud

Et les exemples ne manquent pas pour illustrer ses points. Ainsi D-Edge, le n°1 européen des fournisseurs de technologies de distribution hôtelière, dans le giron du groupe Accor : il s’est retrouvé confronté à une réduction des factures de 50%, alors qu’il avait configuré son cloud pour faire face à un objectif de croissance de 30 à 50%. “Il a utilisé l’élasticité du cloud pour aller chercher en quelques jours plus de 30% d’économie sur leurs infrastructures informatiques“, et ainsi pouvoir garder ses équipes pour réfléchir aux cas d’usages de demain.

La flexibilité du cloud a aussi été un atout souligné par les petites entreprises : 84% d’entres elles déclarent que l’utilisation du cloud leur a permis d’adapter plus facilement leur informatique à leurs besoins et a contribué à réduire les coûts en s’assurant qu’elles ne payent seulement la capacité informatique qu’elles utilisent.

Mais l’utilisation du cloud a permis aussi aux entreprises de prospérer et de se réinventer, jouant son rôle d’accélérateur de croissance. Ainsi le leader de l’assurance automobile Admiral Groupe a déployé en un temps record 3000 bureaux à distance.

Faciliter l’expansion internationale

Autre exemple emblématique en matière d’accélération de la croissance avec Clevy.io qui réalise en temps normal un bot de conversation pour les ressources humaines. La start-up s’est demandé ce qu’elle pouvait faire pour aider avec des services RH fermés. Elle a décidé de mettre sa technologie au service du bien commun. La start-up a créé bénévolement des chatbots pour aider à informer sur les sujets de la Covid-19. Une initiative #Tech4Good, qui a séduit Singapour qui leur a demandé d’en implanter un, cette fois de manière payante.

Clevy.io a ainsi pu se développer à l’international et trouver de nouveaux marchés. Une illustration qui corrobore ce chiffre de l’étude : 40% des start-ups déclarent que les outils de cloud ou en ligne ont facilité la croissance ou l’expansion de leur entreprise et 37% que les outils de cloud ou en ligne ont facilité les ventes à l’étranger.

Réinvention enfin avec le cas de Bureau Veritas, leader de la certification : il a lancé de nouveaux services de certification pour ses clients, destinés au retour au travail, à distance et en quelques jours.

Face à la pandémie, nos client ont été confronté à la triple problématique d’assurer la continuité de service liée au télétravail, de réduire les coûts, de devoir se préparer pour devenir flexible et s’adapter et aussi de rechercher des nouveaux business modèles“, résume Julien Groues.

Quel retour sur investissement ?

Et en matière de continuité de service, le cloud a joué son rôle à plein. 51% des entreprises estiment que les outils en ligne ont permis de réaliser plus facilement une partie de leurs ventes en ligne pendant la pandémie de Covid-19 et 63% estiment que les outils en ligne ont permis de mieux répondre aux besoins de leurs clients.

Autre résultat de l’étude qui montre que le cloud permet d’accélérer le chiffre d’affaires : 43 % des entreprises qui investissent dans le cloud ont déclaré avoir connu une croissance au cours des trois dernières années, contre seulement 30 % des entreprises qui n’avaient pas investi dans le cloud.

Dans la même lignée, les entreprises enregistrent en moyenne un retour sur investissement de 10 % pour chaque euro dépensé sur AWS grâce à l’augmentation de leur revenu et à la réduction des coûts. Mieux : les 10 % de clients les plus importants déclarent un retour de plus de 6 euros en moyenne.

Par ailleurs, toujours pour aller dans le sens du cloud accélérateur de croissance, les entreprises fonctionnant sur le cloud ont 1,5 fois plus de chance de croître de plus de 5% par an que celles qui ne le sont pas. Et 52 % des entreprises qui utilisent plus de 10 outils cloud ou en ligne ont déclaré que leurs revenus avaient augmenté au cours des trois dernières années, dont 32 % d’entre elles déclarant que leur chiffre d’affaires avait augmenté de plus de 5 % par an.

Accélérer la numérisation des TPE-PME

Seul bémol : l’utilisation du cloud est encore trop limitée en France du fait notamment de la trop faible numérisation des TPE-PME, comme le souligne Christian Saint-Etienne dans la préface, qui appelle “l’Etat à agir pour accélérer leur numérisation et leur utilisation du cloud grâce, par exemple, à des aides ciblées. C’est plus que jamais le moment d’agir pour que ces entreprises résistent à la pression économique et gagnent en productivité“.

Mais au delà des performances économiques, et d’un cloud accélérateur de croissance, les entreprises basculent aussi vers le cloud pour des raisons de sécurité : 79 % des utilisateurs des services AWS, en l’occurrence, la cybersécurité de leurs systèmes en est améliorée.

Un sujet d’importance quand on sait que le coût total de la cybercriminalité est passé à plus de mille milliards de dollars à travers le monde et que le nombre d’attaque par rançonlogiciels a été multiplié par 4 entre 2019 et 2020 selon l’ANSSI. Les entreprises bénéficient des grands investissements réalisés dans ce domaine par AWS France : “La sécurité est conçue by Design, avec des mises à jour qui permette de pallier aux failles de sécurité. Les organisations ont aussi compris que le cloud permet de redémarrer plus vite, comme nous l’a expliqué Julien Groues.

Ambitions françaises

Si le marché du cloud public a explosé en 2020 en lien avec la pandémie, l’essor devrait continuer en 2021. Selon Gartner, il pourrait augmenter de 18% en 2021. Au niveau mondial, les dépenses des utilisateurs finaux dans les services de cloud publics devraient atteindre un total de 304,9 milliards de dollars. Devenue la “nouvelle norme”, les modèles cloud à la demande, flexibles, économiques, incitent les entreprises à accélérer leur transformation numérique. Ce n’est que le début du basculement !

Dans ce contexte, AWS compte accélérer, en particulier en France où il est présent depuis 2017. L’Hexagone est un pays clé pour le cloud américain où il compte des dizaines de milliers d’entreprises clientes, dont 80% du Cac 40 et 75% du Next 40. Comme le révèle Julien Groues, “Aujourd’hui on a à peu près 25% de nos effectifs qui travaillent en dehors de Paris pour accompagner nos clients dans des villes comme Lille, Lyon, Nantes. On regarde après les confinements où on va continuer à se développer“.

Le géant du cloud ne s’arrêtera pas là en France et en Europe : Milan est prévu cette année et l’Espagne en 2022, portant à 24 le nombre de régions où le géant du ecommerce est présent. Car le cloud est la poule aux oeufs d’or d’Amazon, véritable cash machine au regard de la vente en ligne : en 2020, AWS a ainsi rapporté 13,5 milliards de dollars de bénéfices à Amazon, soit 63% des bénéfices réalisés cette année-là par le groupe. Et quand on sait que le patron de la filiale Andy Jassy va succéder à Jeff Bezos à la tête d’Amazon, on peut légitiment se dire que l’entreprise n’a pas dit son dernier mot et devrait passer à la vitesse supérieure dans l’informatique en nuage !

Pour comprendre l’impact économique du cloud en France, regardez la FlashInterview de Julien Groues.

Annonce de la FlashInterview de Julien Groues d’AWS France sur Twitter

C’est parti pour les 3 questions au DG d’AWS en France :
1️⃣AWS France génère 1,6 milliard d’euros de valeurs économique en France. Comment l’expliquez-vous ?
2️⃣ En quoi le cloud a été un accélérateur de croissance pour les entreprises françaises pendant la crise de la Covid19 ?
3️⃣ Quelles sont les ambitions d’AWS en France ?

1️⃣ FlashTweet : Selon une étude sur l’impact du Cloud réalisée par PublicFirst, AWS France génère 1,6 milliard d’euros de valeurs économique en France. Comment l’expliquez-vous ?

Julien Groues : Cette étude a permis de démontrer ce que l’on savait ou ce que l’on ressentait plutôt mais cela permet d’avoir des chiffres. Sur l’année 2020, AWS a créé et contribué à ce que les entreprises créent 1,6 milliard de valeur économique. Cela représente 22 000 emplois. On le savait et on le sentait par les axes autour de l’innovation.

Les entreprises innovent. Il y a plus de 40% des clients d’AWS disent s’être servi de ses services pour pouvoir créer des produits qu’ils n’auraient pas pu créer autrement, donc ça c’est extrêmement intéressant. L’autre axe de la création de cette valeur, ce sont les économies. Comment par exemple Engie, Veolia ou CMA CGM communiquent sur le fait que grâce aux migrations vers le cloud, elles ont réalisé entre 30 et 50% d’économie, dans ce cas-là, sur leurs ERP mais aussi tous les autres sujets pour bénéficier de l’agilité et de la flexibilité du cloud et de ne payer que ce pour qu’elles consomment.

L’autre surprise ça été de voir la différence entre les régions en France. Par exemple, en Normandie si les entreprises se transformaient aussi rapidement qu’en Île-de-France, il y aurait pu y avoir 400 millions d’euros de valeur supplémentaires qui auraient été créées. Nous avons un rôle pour accompagner les entreprises en dehors de Paris, afin qu’elles aillent aussi chercher ces leviers de croissance.

Et le dernier point, c’est la différence entre les TPE qui prennent un petit peu plus de temps à se numériser, et les grandes entreprises. Nous ne l’avions pas forcément vu car nous travaillons avec beaucoup de TPE, de PME et d’ETI qui se transforment extrêmement rapidement, qui innovent et c’était peut-être la face cachée de l’iceberg. Nous allons continuer, avec nos partenaires, à nous développer en région pour accompagner ces entreprises.

2️⃣ FT : En quoi le cloud a été un accélérateur de croissance pour les entreprises françaises pendant la crise de la Covid19 ?

JG : Avec le 1er confinement, cela a mis en lumière encore plus que d’habitude les avantages du cloud autour de l’agilité, la flexibilité, la scalabilité et l’élasticité mais aussi de la sécurité.

On a vu des entreprises qui ont eu besoin d’accompagner le travail de leurs équipes à la maison : ça a été la mise en place de solution de télétravail comme par exemple avec Admiral groupe qui a déployé 3000 bureaux à distance.

Cela a été aussi la recherche d’économie. On pense à des modèles de business qui ont été complètement transformé et ont été sacrifié pendant cette période. On pense notamment à D-Edge du groupe Accor qui, en quelques jours, a utilisé l’élasticité du cloud pour aller chercher plus de 30% d’économie sur leurs infrastructures informatiques.

Mais cela a été aussi beaucoup utilisé pour l’innovation. Je pense par exemple à Clevy.io qui réalise en temps normal un bot de conversation pour les ressources humaines, et qui en a créé des chatbots pour aider à informer sur les sujets du Covid.

Cela leur a permis aussi d’aller se développer à l’international et de trouver de nouveaux marchés. C’était le cas pour Bureau Veritas, qui a lancé de nouveaux services de certification pour leurs clients, pour le retour au travail, tout ça à distance et en quelques jours.

On a pu démontrer qu’on pouvait créer de l’innovation en quelques jours et sortir de nouveaux produits et accompagner ces clients là-dessus.

L’autre sujet c’est autour de la sobriété numérique : la possibilité d’utiliser ces technologies pour réduire son empreinte carbone. Et l’étude l’a montré : l’année dernière, c’est plus de 300 000 tonnes de CO2 qui ont été économisé grâce aux entreprises qui utilisent le cloud d’AWS.

3️⃣ FT : Quelles sont les ambitions d’AWS en France ?

JG : On vient de fêter les 15 ans d’AWS. En France, on accélère depuis de nombreuses années, mais surtout depuis 2017 et l’ouverture de notre région de Datacenter.

En région parisienne, on a 3 zones de disponibilités, chacune avec au moins un Datacenter, toutes actives en même temps pour permettre à nos clients de stocker leurs données en France, de développer leurs applications en France et on leur garantit si elles le souhaitent.

C’est une vraie accélération en France depuis ces années avec un grand axe sur la sécurité. On le voit dans le rapport : 79 % des entreprises qui utilisent les services AWS considèrent qu’elles ont plus de sécurité. Elles bénéficient des grands investissements que nous réalisons dans ce domaine et vous le savez, c’est la première de nos priorités.

L’autre axe pour nous c’est de continuer à se développer dans les régions. Aujourd’hui on a à peu près 25% de nos effectifs qui travaillent en dehors de Paris pour accompagner nos clients dans des villes comme Lille, Lyon, Nantes. On regarde après les confinements où on va continuer à se développer, pour continuer d’accompagner nos clients et nos partenaires dans leurs développements et profiter du levier de croissance qui est le cloud d’AWS.

Et un autre sujet extrêmement important pour nous, c’est la formation, formation des talents dans les entreprises pour les aider à utiliser ces technologies, dans les ESN et chez nos partenaires, pour qu’ils continuent d’accompagner nos clients et aussi les futurs informaticiens qui puissent bénéficier de ces technologies, les utiliser et aider les entreprises françaises à aller chercher cette croissance, ce développement et ces innovations.

En direct du Foudre Center, enregistrement de la FlashInterview avec Julien Groues,
DG d’AWS France

Note post-article : Je suis très heureuse de partager ce post de Julien Groues publié sur LinkedIn. Je le remercie chaleureusement d’avoir accordé sa confiance au FlashTweet et d’être venu au Foudre Center pour cette interview sans filtre. Car, il faut le savoir, cette interview, comme toutes les FlashInterviews, n’a pas été relue. Et c’est assez rare pour que ce soit souligné. Comme je l’écrivais en réponse : c’était passionnant et à refaire sans hésitation !

▶️ Pour avoir accès à l’ensemble des FlashInterview, c’est par ici

Vous aimez cet article ?

Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on linkedin
Partager sur Linkedin
Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on pinterest
Partager sur Pinterest

Laissez un commentaire

No Comments
Leave a Reply