Flash sur 2021 : les 10 tendances tech et innovation

En matière de transformation numérique, cette année 2020 en a valu 10… Le patron de Microsoft, Satya Nadella, a estimé que nous avions vécu en deux mois deux ans de digitalisation. Et il ne parlait alors même pas de l’intégralité de l’année. Virtualisation des événements, généralisation du télétravail pour les entreprises qui le peuvent, reconfiguration des échanges sociaux en ligne via les groupes et le vocal, consécration de l’IA comme clé de voûte de notre économie… Le nez dans l’actualité technologique chaque jour, le FlashTweet a vu le monde changer en 2020 et prévoit de nouveaux changements pour l’année à venir. Mais quelles seront les 10 tendances Tech et innovation pour 2021 ?

La bonne nouvelle est que cette course à l’innovation ne se fait pas pour la gloriole mais pour répondre à des besoins effectifs, et est orientée de plus en plus pour être au service du bien commun (santé, inclusion, handicap). La seconde bonne nouvelle est que les aspects éthiques, écologiques et sociétaux de ce développement sont désormais centraux. Ainsi l’innovation devrait, espérons-le, rimer de plus en plus avec progrès humain et social. Vivement 2021 !

Prévisions 2020 : 8/10 pour le FlashTweet !

Mais… avant de nous plonger dans le Top 10 des tendances décelées par le FlashTweet pour 2021, les plus fidèles lecteurs avaient peut-être déjà consulté mes tendances pour 2020. Avouez que l’exercice était d’autant plus périlleux qu’il était impossible de prévoir… la pandémie. Alors ?

Eh bien malgré les circonstances improbables, le bilan des tendances du FlashTweet pour 2020 a frôlé le sans faute. Passage en revue des tendances qui ont marqué (ou pas) l’année qui vient de s’écouler :

1/ Facebook, l’année test
Résultat : OUI. Facebook n’a pas réussi à endiguer la vague de fake news qui a émaillé la présidentielle américaine et a fini l’année sous le feu d’une enquête antitrust menée par les États-Unis.

2/ Une IA omniprésente et surpuissante
Résultat : OUI. L’IA est devenue omniprésente notamment dans la santé, où elle a joué un rôle déterminant dans le fait de trouver un vaccin en à peine quelques mois contre la Covid-19, et surpuissante parce qu’elle a permis de franchir de nouvelles frontières dans tous les domaines : villes, énergie, éducation, recherche, culture, etc.

3/ TikTok, la troisième voie
Résultat : OUI. Le réseau social chinois a confirmé sa place d’application la plus téléchargée du monde au classement App Annie 2020 et a été si puissant qu’il a poussé Instagram et Snapchat à le copier ouvertement, que les États-Unis n’ont pas pu éviter sa percée sur leur territoire malgré Trump, et qu’il a contribué à disrupter le e-commerce en étant un vecteur du social shopping.

4/ La 5G arrive, ses usages aussi
Résultat : BOF. Cette prévision n’en était pas vraiment une car l’arrivée de la 5G en France était inscrite au calendrier. Il était néanmoins important de la souligner. Ses usages, encore mal compris des Français, ont alimenté les théories complotistes au point de lui prêter la diffusion de la Covid-19… On ne peut pas dire que les usages sont encore là d’autant que Free Mobile a décidé d’utiliser des fréquences 4G pour doper sa couverture – et donc de ne pas proposer de la 5G pure, avec les usages disruptifs promis en matière de e-santé ou de conduite autonome. Mais promis, il devrait venir en 2021…A suivre en tous les cas de figure !

5/ Tech4Good et éthique du marketing
Résultat : OUI. L’année s’est finie avec un Emmanuel Macron faisant promettre aux 75 plus grands CEO du monde, de Google à Huawei en passant par les fleurons du CAC 40, un numérique responsable. Engie ou Orange ont multiplié les initiatives pour un digital plus éthique et respectueux de l’environnement alors que la thématique de l’engagement – au-delà de la Covid-19 – a drivé le marketing. Une tendance qui devrait accélérer en 2021

6/ Suprématie quantique, acte 2
Résultat : OUI. Le quantique à continué de progresser en 2020 avec l’annonce fracassante de décembre : après Google, la Chine a elle aussi atteint la suprématie quantique. Amazon a annoncé travailler sur son ordinateur quantique. De premiers services de quantique-as-a-service sont désormais proposés. Il y a bien un acte 2 même si les usages ne sont pas encore là. Mais c’est, c’est pour l’acte 3 😉

7/ VR, le second souffle
Résultat : OUI. Facebook a provoqué un sursaut dans l’industrie en dévoilant cette année son Quest 2, un casque vu comme disruptif par les observateurs parce qu’il est accessible, propose une qualité d’image enfin satisfaisante (sans grille apparente) et est dénué de câbles. Le confinement a également redonné un nouvel élan à la VR, dont les usages professionnels se multiplient.

8/ L’ombre des deepfakes
Résultat : OUI. Le MIT avait prévu que les deepfakes seraient accessibles au quidam, entre 6 et 12 mois après les premières expérimentations. Et en effet. Cette année, un journaliste a prouvé qu’il pouvait créer sa deepfake pour 500 dollars et en quelques heures, sans rien n’y connaître en IA. Les créateurs de South Park en ont même fait une improbable série TV (Justice Sassy) dont le protagoniste est Donald Trump avec des cheveux bouclés gris…

9/ Humain augmenté et santé connectée
Résultat : OUI. Facebook commence depuis peu à concrétiser son rachat de CTRL-Labs pour contrôler des objets par la pensée. Des scientifiques australiens ont testé avec succès un appareil pour rendre la vue. Une start-up aide les malades de Parkinson à marcher avec un laser. Verily vient de lever 700 M$ pour vendre enfin ses innovations HealthTech prometteuses. Certes ces techno ne sont pas grand public, mais elles sont si fortes qu’on ne peut pas leur tourner le dos. Mais surtout, cette année a été marquée par la santé connectée dopée par la Covid : diagnostic à l’IA, organisation des mouvements de foule par des app, télémédecine via Doctolib, grand gagnant et sauveur en ces temps de pandémie ou la Covid-19 file plus vite que l’éclair…

10/ La guerre des robotaxis
Résultat : BOF. Le secteur des VTC eu du plomb dans l’aile à cause du confinement et Uber vient de revendre sa division de voitures autonomes à Aurora. Il n’y a pas donc eu de guerre commerciale, comme ce fût le cas il y a quelques années entre Uber et Didi en Chine. Cependant, le FlashTweet aura eu un peu d’avance puisque 2021 s’annonce comme l’année des robotaxis, avec de premiers services commerciaux qui viennent d’être lancés aux USA et surtout en Chine.

Pas mal non ? Certes, on trouvera toujours à redire sur l’effectivité d’une technologie ou l’ampleur de son adoption. Mais avouez qu’il y avait de la suite dans les idées 😆 Si ces prévisions 2020 vont ont rassuré sur les capacités d’oracle du FlashTweet, voici mes pistes pour 2021 !

1️⃣ La tech for good pour de bon 

La tech for good n’est plus une tendance mais une obligation : le développement technologique doit être porteur de progrès pour l’homme et son environnement. L’ONU lui a même attribué 17 objectifs, dont six ressortent comme les plus urgents : une éducation de qualité, la santé et le bien-être, la lutte contre les changements climatiques, le travail décent et la croissance économique, l’assainissement de l’eau et une énergie propre à un coût abordable. En France, Emmanuel Macron réunit chaque année les plus grands CEO de la Tech pour les sensibiliser à la question. En 2020, 75 signataires ont répondu à son Appel Tech for Good. Des remises en question ont déjà porté leurs fruits, comme l’abandon par IBM ou Amazon de la reconnaissance faciale à des fins raciales aux USA. En 2020, la tech a été centrale dans la lutte contre le Covid-19 : réseaux de solidarités entre voisins, crowdfunding pour les soignants, impression 3D pour pallier le manque de matériel et bien sûr, IA qui a permis à Moderna et BioNTech d’être les premiers dans la course au vaccin. L’enjeu est que cette tech for good ne soit pas déceptive et que des actes concrets soient posés. Partant de là, il semble impossible d’envisager un retour en arrière sur la Tech4Good.

2️⃣ L’intelligence artificielle au secours de la santé 

L’année 2020 s’est terminée sur deux ruptures en matière d’intelligence artificielle appliquée à la santé qui augurent chacune un virage pour 2021. Tout d’abord l’IA a été décisive dans la découverte de vaccins par les HealthTech Moderna et BioNTech. Ensuite, l’intelligence artificielle AlphaFold, de DeepMind, a réussi à prédire comment les protéines se replient : une découverte qui va permettre de trouver des médicaments pour de nombreuses maladies. En réalité, l’intelligence artificielle évolue sur quasiment tous les fronts en médecine et en santé. L’IA permet de détecter des signaux faibles afin d’aider les hôpitaux à s’organiser. Elle fournit une aide au diagnostic, par exemple en analysant le son de la toux dans le cas du Covid, ou en analysant automatiquement des radiographies par la reconnaissance d’image, avec une précision désormais convaincante. L’intelligence artificielle permet aussi d’anticiper les vagues de maladie. C’est ainsi qu’en analysant des articles de presse et le trafic aérien, BlueDot avait, dès décembre 2019, identifié une propagation de virus à venir. Face à la complexité du Covid, à son caractère global et au besoin de rapidité, l’IA apparaît comme un outil central.

3️⃣ Vocal et sans contact donnent de la voix

Dans une économie devenue sans contact à cause de la pandémie, le vocal est une interface qui s’impose. Le marché devrait doubler de taille d’ici 2024 selon Juniper Research et atteindre 4,2 Mds d’objets parlants. En France, 63% des personnes interrogées par Capgemini souhaitent l’utiliser davantage. Depuis son essor avec Siri en 2011 et la généralisation des notes vocales avec WhatsApp, le vocal est amené à se généraliser au travers d’objets et de fonctionnalités disruptives : Amazon vient d’équiper ses enceintes d’une fonction de traduction vocale à la volée… Une killer app ? Du côté des médias et des réseaux sociaux, le succès des podcasts ne se dément pas. D’ailleurs, Spotify vient tout juste de s’offrir… le couple princier Meghan et Harry pour une série  de podcasts ! Le dernier jeu qui a fait le buzz, Among Us, repose justement sur la voix. Slack vient d’intégrer le push to talk pour faciliter le télétravail. Twitter mise aussi sur l’audio avec les tweets vocaux et le lancement de Spaces, le dernier salon ou l’on cause dans des chatrooms vocales en bêta privé. Et que dire de Clubhouse, le réseau social audio américain qui a été l’un des plus populaires en 2020 ? Cette percée du vocal reflète aussi une volonté de garder le lien et de rompre l’isolement, et de se détourner des écrans. Une tendance bien comprise par Discord qui s’ouvre de plus en plus au grand public.

4️⃣ Social shopping et micro-influence : combo gagnant 

C’est un chiffre qui donne le tournis et qui va supporter à lui seul une bonne partie de la tendance du social shopping mixé à la micro influence en 2021 : Alibaba projette de recruter 1 M d’influenceurs dans le monde au travers de son programme Ali Express Connect. Portée par le confinement, cette nouvelle pratique du social shopping a explosé en Chine28 chaînes de live stream ont généré chacune 15 M$ de chiffre d’affaires lors du Singles Day ! Selon iSearch, les vidéos en direct ont généré 61 Mds$ en 2019, le triple en 2020, et devraient continuer à exploser en 2021. Les influenceurs sont devenus de vrais canaux de vente, à l’efficacité prescriptrice redoutable car ils fédèrent une communauté engagée autour d’un intérêt.

Pendant le Single Days, L’Oréal Chine a par exemple fait la moitié de ses ventes grâce à ce télé-achat digital ! Preuve que la tendance se renforce : Amazon a lancé son Live for Influencer, et Instagram a enclenché la démultipliée sur le live shopping. Sephora, Leroy Merlin, Carrefour… : les exemples se multiplient depuis quelques semaines aussi en France du côté des annonceurs avec des résultats commerciaux probants. Cela nous confirme dans l’idée que l’avenir du shopping est au social commerce et au social shopping boosté par la micro-influence, l’autre tendance-clé de 2021 plébiscitée par les marques ! Less is more en matière d’influence.

5️⃣ La grande migration des événements 

Stoppés net dans leur lancée, les événements ont pour certains réussi à migrer dans le digital, et notamment les jeux vidéo. Cette tendance dictée par les mesures sanitaires a accéléré la mue de jeux en ligne en ce que certains nomment les métavers : un univers parallèle numérique comme Second Life au début des années 2000, mais cette fois, à une très large échelle. Ces plateformes, désormais devenues événementielles, s’appellent Fortnite, Roblox, Minecraft, GTA et Animal Crossing. La première fédère la GenZ, la deuxième les jeunes adolescents, la troisième les trentenaires et la dernière le grand public – les “casual gamers”.

Toutes ont été le théâtre de concerts (Travis Scott, Alonzo et d’autres), attirant des dizaines de millions de spectateurs. Pour beaucoup, l’événementiel a atteint un nouveau stade : peut-être moins sensoriel, mais bien plus puissant en matière de reach et sans limite créative en termes de mise en scène. Sans aller dans les univers 3D, les événements devraient s’hybrider de façon permanente entre physique et digital, avec une présence en ligne permettant d’augmenter l’audience et les interactions. De nombreuses agences proposent de créer des webinars – dont le succès va crescendo – et développent de plus en plus de plateformes événementielles 100% digitales, et parfois en 3D.

6️⃣La story vole la vedette

Le texte, la photo, la vidéo, l’audio et la story. Ne cherchez plus, ce format est devenu un nouveau canal éditorial. La story n’est plus l’apanage de Snapchat et de sa GenZ mais est devenue un format permettant de se raconter différemment. Depuis 2020, chaque plateforme adopte le format sa story : YouTube, Facebook, LinkedIn, Messenger, Instagram qui en est devenu le roi avec un demimilliard de personnes qui les utilisent chaque jour… Plus récemment Twitter – même si les premiers retours sont peu encourageants – mais aussi la plateforme collaborative Slack, qui l’a identifiée comme un outil de travail parmi d’autres.

La dernière de l’année a été Spotify ! Le but est d’aider les artistes – lésés par l’absence de concerts en 2020 – à promouvoir leurs créations auprès de leur communauté et de les engager directement. Même certains médias, comme l’américain Input, copient les stories. Format plus spontané et naturel, la story jouit d’un avantage compétitif sur le texte, la photo ou la vidéo classique : elle occupe l’entièreté de l’écran de notre smartphone. Elle est de ce fait mécaniquement plus présente à l’image et donc engageante.  2021 sera l’année de la Story !

7️⃣ La balkanisation des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont morts, vive les réseaux sociaux ! La page du fameux mur Facebook est-elle en train de se tourner au profit des groupes ? La tendance est belle et bien amorcée et est partie pour durer. Pour un annonceur, cette audience qui se morcèle peut lui échapper, repliée qu’elle est derrière des groupes privés. La balkanisation, ou l’éclatement des réseaux sociaux mainstream au profit de nouveaux joueurs, se profile à l’horizon-, comme en témoigne le succès grandissant de Reddit. “Les gens communiquent plus que jamais dans des espaces privés. Plus d’un milliard de personnes utilisent déjà Messenger comme un lieu de partage, de rencontre et d’expression, avec leur famille et leurs amis” a reconnu Mark Zuckerberg. Pour y répondre, le réseau social a engagé son plus gros chantier : faire converger Messenger, Instagram et WhatsApp.

Preuve que ces groupes ne sont pas inaccessibles, WhatsApp a lancé une fonction shopping se transformant en canal de communication pour les commerçants. Alibaba en a compris l’importance, qui estime que la micro-influence commence par un groupe WhatsApp dans lequel vous échangé avec vos proches. Avec le monde des groupes, l’audience est moins large mais peut aussi être plus locale et engagée. En effet ce sont bien souvent des commerces de quartier qui échangent avec leurs clients et, désormais, vont pouvoir leur vendre des produits. Acteur de plus en plus puissant de cette tendance, Discord et ses 100 M d’utilisateurs capitalise aussi sur les groupes.

8️⃣ L’augmenté devient réalité et le virtuel réel

Ce sont deux technologies qui évoluent envers et contre tout : la réalité augmentée et la réalité virtuelle sont bel et bien en train de percer. La première est poussée par les réseaux sociaux et notamment Snapchat, Instagram et Messenger – qui vient d’intégrer l’AR depuis le desktop. Snapchat a lancé son Lens Studio pour aider les marques à s’en emparer, et est désormais compatible avec l’app de reconnaissance alimentaire Yuka. Apple a doté ses derniers iPhone d’un LiDAR afin de les rendre encore plus précis en matière de réalité augmentée, et devrait sortir des lunettes AR en 2021.

Après l’échec des Google Glass et le succès relatif des Spectacles de Snap, Apple va-t-il encore créer un marché comme il l’a fait avec l’iPad et l’Apple Watch ? L’autre techno en plein boom – même si vous êtes encore nombreux à ne pas l’utiliser – est bien la réalité virtuelle. Depuis l’arrivée du Quest 2 de Facebook, un nouveau cap a été franchi : la VR est désormais accessible, propose une qualité de haut niveau et n’a plus la contrainte de câbles. Des start-ups comme Emissive pour la VR ou KaviAR pour l’AR se développent ainsi pour imaginer des expériences touristiques immersives… Au-delà des gadgets et des animations de stands, de vraies expériences émergent et les usages se multiplient dans la santé et même l’industrie.

9️⃣ L’emballement des cryptomonnaies 

Le Bitcoin a clôturé l’année 2020 sur un plus haut historique à plus de 23 000 $, perçant le plafond des 20 000 $. Une envolée liée à la digitalisation de l’économie – accélérée avec le confinement – et à l’adoption massive des crypto-devises par des acteurs de taille systémique tels que PayPal, JP Morgan Chase ou Visa. Pas de doute, la cryptomonnaie est là et bien là et en 2021, il sera possible de réaliser des transactions en monnaie virtuelle. Pour rassurer sur son adoption, la France entend soumettre les acteurs de la cryptomonnaie aux mêmes règles que les autres entreprises financières. Parmi les propositions : pas d’anonymat. Avec un tel engouement, certains analystes imaginent le Bitcoin dépasser les 100 000 dollars dès 2021, et même les 300 000. Ce boum de la crypto est renforcé par la démocratisation de la technologie qui la sous-tend : la blockchain. Selon Forrester, 30% des projets seront mis en production dans le monde en 2021, avec un pays locomotive : la Chine. Last but not least : c’est en 2021 que “le loup entrera dans la bergerie” : Facebook doit lancer sa Diem (ex-Libra). Potentiellement, 2 Mds de personnes pourront payer par ce biais, ce qui pourrait faire exploser le social commerce et la monnaie digitale.

🔟 De l’Espace aux voitures autonomes : les nouvelles conquêtes

La voiture volante ne s’est certes pas démocratisée en 2020 et ne le sera pas en 2021, il n’empêche : une première société (PalV) en Hollande commercialise la première voiture volante. Sur l’autonome, on y vient aussi : les USA ont autorisé les premiers services commerciaux de robotaxis alors que Lyft entend les déployer à grande échelle dans deux ans. Mieux : en Chine a autorisé AutoX (soutenue par Alibaba) à exploiter des robotaxis sans aucun chauffeur d’assistance à bord. Une nouvelle conquête qui s’accompagne d’une autre bien plus spectaculaire encore : le retour dans l’espace. Alors que les Chinois viennent de faire atterrir leur sonde revenue de la Lune avec des échantillons, les Américains se préparent à retourner sur notre satellite en 2024 avec la mission Artemis. L’atterrisseur sera confié à Blue Origin ou SpaceX, dont les fusées réutilisables ont disrupté l’aérospatial. Justement, Elon Musk prévoit d’envoyer un premier vaisseau non habitué vers Mars dès 2023. En attendant, les Européens ont lancé une pince géante pour nettoyer notre orbite terrestre avec la start-up ClearSpace. Preuve du dynamisme du secteur : la France a lancé Blast, un accélérateur qui veut faire émerger 20 start-up du New Space par an. Rendez-vous en 2021 !

Emmanuelle Leneuf, Paris le 22 décembre 2020

Voilà, c’est fini pour les tendances tech 2021 ! J’espère qu’elle vous inspirerons. Je vous donne rendez-vous début janvier à 7h30 sur Twitter pour le retour du FlashTweet. En attendant, le FlashTweet vous a concocté un #FlashTweetBestOf, Spécial #Tech4Good, tous les matins à 9h sur Twitter ! On vous attend…

Je vous souhaite d’excellentes fêtes. Profitez de vos proches et surtout, n’oubliez pas les gestes barrière et de prendre grand soin de vous ⚡️

Vous aimez cet article ?

Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on linkedin
Partager sur Linkedin
Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on pinterest
Partager sur Pinterest

Laissez un commentaire

No Comments
Leave a Reply